UN DIRIGEANT DU FPI, PRESIDENT DE LA CÔTE-D’IVOIRE POUR LA LIBERATION DE LAURENT GBAGBO

UN DIRIGEANT DU FPI, PRESIDENT DE LA CÔTE-D’IVOIRE POUR LA LIBERATION DE LAURENT GBAGBO

La situation politique après l’arrestation de Laurent Gbagbo est très délicate et la gestion du Front Populaire Ivoirien (FPI) est plus que délicate. Il est temps de nous remettre de nos émotions et regarder avec lucidité le monde nouveau dans lequel nous sommes. L’indépendance à part entière des pays africains n’est qu’un leurre. C’est par stratégie, par sagesse et par ruse que nous parviendrons à remonter la pente. Le rapport de force en ce moment n’est pas en notre faveur.

La preuve, en dépit de la volonté du président Laurent Gbagbo de nous sortir de la pauvreté et du sous-développement, nous sommes redescendus au sous-sol du sous-développement. Et cela par le bon vouloir de la France et des forces négatives qui dirigent ce monde. Faut-il continuer le combat sur cette même voie, les yeux bandés ? Nous sommes englobés dans un traquenard politique conçu par ces forces occultes qui ont intérêt à nous voir diviser pour régner. Pour eux, il faut garder tous les pays africains sous contrôle en les mettant dans la misère. C’est à nous de comprendre cela et rentrer au plus profond de nous même, en mettant nos égos, nos intérêts égoïstes de côté, en vue de trouver la solution idoine. Dans le feu de l’action, chacun pense détenir la vérité et avoir la science infuse. Mais en fait, il n’en est rien. Un diagnostic de la situation s’impose pour qu’on se parle franchement, sans faux fuyant.

Le régime Ouattara n’a que faire de nos jérémiades. Tant qu’il aura le soutien de la France, la démocratie n’aura aucun sens pour lui, les sentiments non plus. Une conscience corrompue n’a peur de rien. Ouattara maintient la pression sur les pro-gbagbo pour les amener à plier. A défaut de se soumettre, c’est la mort à petit feu. Les morts des proches de Gbagbo sont légion. Le décès tout dernièrement de Gado Marguerite, mère du président Gbagbo en dit long. L’objectif de Ouattara est de décapiter le FPI. Ne lui donnons pas l’occasion.

A l’heure actuelle, la Côte-d’Ivoire est sous occupation étrangère. L’armée onusienne et française paradent dans le pays. Alassane Ouattara est parachuté au poste de chef d’Etat pour permettre à ces forces de faire main basse sur les richesses de cet Etat qui n’appartient à personne, dit-on. Il faut reconquérir notre pays. Et pour le faire, nous devons aller unis, forts et déterminés. Notre détermination et notre volonté de récupérer ce qui nous appartient feront reculer les forces rétrogrades (France, ONU). Le défaitisme, la politique de tout ou rien et le laisser faire ne résoudront pas le problème de la Côte-d’Ivoire.

Nous étions tous peinés de voir Affi N’guessan en prison et maltraiter par les FRCI de Ouattara. Sorti de prison et le voir sillonner tout le pays pour remobiliser les militants du FPI désemparés, nous avons applaudi. Est- ce qu’en ce moment précis, nous nous sommes posés la question de savoir  qui a fait sortir Affi et qui lui donner les moyens pour parcourir toute la Côte-d’Ivoire ? Maintenant qu’il doit appliquer ce pourquoi il est sorti, on trouve des esprits malins pour dire, Affi N’guessan veut tourner la page de GBAGBO. Voyez vous, le serpent ne fait pas sa mue devant les gens. En période de crise, les textes ne peuvent pas tout expliquer. Ne nous ridiculisons pas devant cette horde d’Hyènes. Dans la situation actuelle, nous n’avons pas le droit de nous diviser. Le président Affi sait ce qui est arrivé à Mamadou Koulibaly lorsqu’il a voulu se servir du FPI de Laurent Gbagbo pour se faire une place au soleil. Il a beaucoup appris auprès de Gbagbo. Il ne s’amusera pas à vendre le FPI, un parti cher aux ivoiriens, à des parvenus qui n’ont qu’un temps d’hirondelles.

La Côte-d’Ivoire est dans une confusion totale. Les soutiens de Ouattara se sont rendus compte de l’erreur commise en le plaçant de force à la tête de ce pays. La ‘’démocrature ‘’, c’est-à-dire, la démocratie teintée de dictature des occidentaux, avec tête de proue, la France, les USA et l’Angleterre, est dénoncée dans le monde entier. Avec le temps, les ‘’placeurs’’ de président dans le monde se sont aperçus de la popularité du Président Gbagbo et de l’injustice faite à son égard. Mais, il leur est difficile de revenir en arrière sans qu’une force politique ne leur facilite la tâche en titillant Ouattara. Il faut donc oser en créant un effet de choc afin que ses soutiens le lâchent totalement. Si nous restons dans cette situation d’attentisme, Ouattara, prêt à tout brader, sera encore soutenu par la France socialiste.

Apprêtons Affi N’guessan ou un autre responsable capable de sauvegarder les intérêts du Front Populaire Ivoirien (FPI). Que cette personne choisie de commun accord soit aux aguets. Les choses évoluent très vite dans ce monde infesté de requins. En même temps, ce monde est en train de se redéfinir grâce à d’autres puissances. Œuvrons en sorte que dans un laps de temps le FPI revienne au pouvoir pour mettre fin à l’imposture. C’est de cette façon que notre bien-aimé Laurent Gbagbo sera libéré sans vexer les puissances à la base de sa déchéance.

OURA Kouakou

Ourandrin@yahoo.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.