Un mort et un blessé après les tirs entre Forces de défense et de sécurité à Bouaké | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Un mort et un blessé après les tirs entre Forces de défense et de sécurité à Bouaké
Un mort et un blessé après les tirs entre Forces de défense et de sécurité à Bouaké

Un mort et un blessé après les tirs entre Forces de défense et de sécurité à Bouaké

Le ministère ivoirien de la Défense a annoncé « le décès par balles d’un sergent-chef et un blessé » vendredi à Bouaké (Centre), après des tirs entre des éléments du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) et des soldats du Bataillon d’artillerie sol-sol (Bass) » de la ville, dans une note.

« Dans la nuit de jeudi à vendredi, une altercation est survenue entre un équipage du CCDO et des soldats du Bass au quartier Dar-es-Salam », indique la note.

« Des coups de feu ont été tirés par les protagonistes au cours de la dispute qui a suivi, provoquant le décès par balles du sergent-chef Dembélé Yacouba et un blessé », précise le texte.

Le blessé dont l’identité n’a pas été révélée « a été admis au sein des structures sanitaires de Bouaké pour recevoir (des) soins », ajoute le communiqué.

Le ministère de la défense a annoncé « une enquête pour cerner les contours de ces événements qui mettent à mal la nécessaire fraternité d’armes devant exister entre tous les membres des Forces de défense et de sécurité » .

Jeudi, le ministre de la Défense Hamed Bakayoko a affirmé que le gouvernement ne va « pas tolérer d’indiscipline » dans l’armée, après que le chef d’état-major des armées, le général Sékou Touré, a exprimé « le profond regret et la grande amertume des Forces de défense et de sécurité (pour) les épisodes regrettables » des mutineries de janvier et mai 2017, à une cérémonie de présentation de vœux au président Alassane Ouattara.

En 2017, « 230 militaires et gendarmes » ont été « radiés pour faute, désertion et autres manquements à la discipline », selon un bilan du général Touré.

Edwige Fiendé

Source: Alerte info

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.