Un prêtre italien accusé d’avoir organisé des orgies sexuelles dans son église

Un prêtre italien accusé d’avoir organisé des orgies sexuelles dans son église

Un prêtre italien de la ville de Padoue est accusé de proxénétisme et d’organisation d’orgies au sein de sa paroisse. Des parties fines dont les enquêteurs ont retrouvé la trace sur des vidéos pornographiques tournées par l’ecclésiastique.

Rien de très catholique. Un prêtre italien officiant à Padoue, près de Venise, est actuellement sous le coup d’une enquête de police pour des faits de proxénétisme, de “violence psychologique” et pour avoir organisé des orgies dans son presbytère, rapporte notamment The Independent. Des sextoys pouvant avoir servi pour ces parties fines ont d’ailleurs été saisis par les enquêteurs.

Selon trois paroissiennes, qui accusent le père Andrea Contin de mener une vie sexuelle pour le moins débridée et de vivre de “revenus immoraux”, l’ecclésiastique aurait en outre réalisé plusieurs vidéos pornographiques amateurs. Des vidéos tournées dans les locaux de l’église San Lazzaro dont il a la charge et qui ont été retrouvées cachées dans des boîtes portant le nom d’anciens papes.

Des séjours échangistes au Cap d’Agde ?

L’homme de 48 ans est accusé d’avoir prostitué certaines de ses quinze maîtresses, notamment via des sites internet échangistes. Il aurait aussi, d’après les premiers éléments de l’enquête, emmené ces femmes dans la station balnéaire du Cap d’Agde, dans le sud de la France, là encore pour s’adonner à l’échangisme.

Une bénévole de la paroisse âgée de 49 ans, qui affirme avoir eu une liaison avec le religieux, s’est confiée sous couvert d’anonymat au journal transalpin Il Mattino di Padova :

J’ai eu des relations sexuelles avec le père Andrea Contin. Des relations sexuelles de plus en plus extrêmes, faites de coups, de gifles, de crachats et de jeux érotiquesUne paroissienne padouane sous couvert d’anonymat

“Des relations sexuelles qui se sont terminées quand, en voulant toujours plus, il m’a demandé d’en avoir avec d’autres hommes. Ce que j’ai refusé”, explique-t-elle.

Les autorités religieuses averties dès l’été

Plusieurs médias italiens précisent que ces agissements avaient été signalés dès cet été à l’évêque de Padoue, supérieur hiérarchique du prêtre. Mais aucune suite n’a été donnée, les autorités religieuses soulignant qu’elles n’avaient pas terminé leurs propres investigations.

Lire la suite sur lci.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE