USA et Russie: ennemis sur Terre, mais toujours alliés dans l’espace!

Malgré les différends sur l’annexion de la Crimée, le vaisseau spatial russe Soyuz a été lancé vers la Station spatiale internationale (ISS) ce mercredi du spatioport de Baïkonour, une ville du Kazakhstan administrée par la Russie, avec un équipage comprenant un astronaute américain qui vivra et travaillera 170 jours avec ses camarades russes.

Le vaisseau Soyouz TMA-12M transporte les cosmonautes russes Alexander Skvortsov et Oleg Artemiev, et l’astronaute américain Steve Swanson qui séjourneront et travailleront donc ensemble dans la Station spatiale pendant environ cinq mois.

Le vaisseau s’est séparé de la fusée neuf minutes après le lancement et a atteint l’orbite désignée, rapporte l’agence russe Interfax. Il devait atteindre la Station spatiale internationale ce mercredi à 04h04, mais l’amarrage a été reporté au 28 mars pour des raisons techniques.

Malgré le différend entre les États-Unis et la Russie sur le rattachement de la Crimée et les sanctions et les menaces qui fusent de part et d’autres, les deux pays étaient condamnés à s’entendre, surtout que les astronautes de la NASA, depuis la mise au rancart des navettes spatiales américaines, dépendent aujourd’hui exclusivement des vaisseaux russes Soyouz pour rejoindre l’ISS.

Les Russes et les Américains doivent aussi pouvoir vivre et travailler ensemble pendant de longs mois dans l’espace.

Au cours de cette mission ISS-39/40, les cosmonautes russes Aleksandr Skvortsov et Oleg Artemiev et l’astronaute américain Steven Swanson devront mener des dizaines d’expériences scientifiques, ainsi que des sorties dans l’espace.

L’équipage russo-américain tiendra aussi à jour un blog sur leurs expériences quotidiennes à l’ISS, a indiqué Aleksandr Skvortsov, cité par Interfax.

Âgé de 47 ans, le cosmonaute, avec deux vols à son actif, est le commandant de cette mission, tandis que son compatriote Oleg Artemiev, 43 ans, en est à son on premier vol dans l’espace.

Leur coéquipier américain Steven Swanson, 53 ans, a lui aussi déjà effectué deux vols dans l’espace, dont l’un marqué par quatre sorties dans l’espace.

Au total, seize pays participent à l’ISS, dont la Russie et les États-Unis, qui en financent la plus grande partie et un équipage de six astronautes occupe en permanence la structure avec des rotations allant jusqu’à six mois.

Mis en orbite en 1998, le vaste laboratoire de recherche orbital qu’est l’ISS, dont la construction a coûté cent milliards de dollars, a vu sa durée de vie prolongée de quatre ans en janvier par la NASA, soit jusqu’à 2024.

Avec les États-Unis, la Russie, l’Europe et le Japon, le Canada, le plus ardent soutien du nouveau pouvoir à Kiev et le pays qui a le plus véhémentement fustigé le comportement des Russes dans la crise ukrainienne, est également, avec l’Europe et le Japon, partenaire de la Russie dans cet «avant-poste» terrestre et se retrouvera aussi à devoir travailler avec les Russes dans l’espace.

Depuis le lancement de son premier module en 1998, la Station spatiale internationale fait le tour de la Terre 16 fois par jour à environ 370 km d’altitude à une vitesse de 28 000 km/h, bien loin des conflits qui agitent notre planète bleue, et pourtant…

Jacques N. Godbout

Source: 45eNord

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.