Un prisonnier politique denonce les agissements de Dogo Raphaël

Un prisonnier politique denonce les agissements de Dogo Raphaël

Le 09 septembre 2015, pendant qu’une concertation de jeunes patriotes avait lieu à Yopougon- Ananeraie, aux environs de 19h, le district de police effectua une descente musclée sur les lieux. 10 camarades étaient à cette réunion. Six ont été arrêtés. Il s’agit de Gnaoré Achille, président de la FENAPAOCI, Assi Roméo, Secrétaire général de la FENAPAOCI, Beugré Constant, Président du MIRD, Zokou Fulgence, Kouamé Jean-Marc et Settin Frédéric, Coordonnateur COJEP de Danané . Les 4 autres personnes ont pu s’échapper.

Malheureusement, le 14 septembre 2015,d’autres jeunes ont été appréhendé par les individus non-identifiés, ils ont rejoint leurs amis à la Préfecture de police. Pendant qu’ils étaient à la Préfecture de police, Gnaoré Achille reçut la visite de Dembélé, Adiko Johnson dit le cocotier,pour recevoir d’eux, selon les propres termes de Gnaoré, les propositions qui, si nous l’acceptons, permettrons de recouvrer la liberté. En effet, les visiteurs de Gnaoré Achille nous ont demandé de rédiger une déclaration appelant les démocrates à renoncer à la lutte et dire que Ouattara est bel et bien éligible à l’élection présidentielle d’octobre 2015 et que nous, jeunes, étions sur le coup de la manipulation du FPI de Sangaré. Face à notre vive hostilité vis-à-vis de cette proposition, les visiteurs sont repartis bredouille.

Le 18 septembre 2015 , à 15h, nous sommes conduits au tribunal de Yopougon, par les hommes du commissaire Adou de la Préfecture de police. D’où notre déferlement à la MACA. C’est ici, à la MACA, que nous aurons des surprises, car seulement 4 jours après notre arrivée à la MACA, Gnaoré Achille approche individuellement l’ensemble des personnes arrêtées dans le cadre de la marche du 10 septembre pour leur demander de rédiger une lettre à adresser au ministre Hamed Bakayoko pour lui demander pardon. Gnaoré Achille poursuit pour dire qu’il a été approché par Zadi Djédjé et Blé Sépé Marc au nom du ministre Hamed Bakayoko. Selon lui, c’est la seule condition pour que le ministre nous accorde la liberté. Bien évidemment nous nous y sommes opposés. Une semaine plus tard, tous les prisonniers sont convoqués au parquet pour être entendus par un juge d’instruction.

Etant au parquet de yopougon, Zadi Djédjé et Blé Sépé Marc, les hommes de mains d’Hamed Bakayoko ,sont venus nous demander d’accepter la proposition faite par le biais de Gnaoré Achille.

Cette situation de méfiance des uns vis-à-vis des autres installée s’est accentuée quand le 31 décembre 2015, le Ministre Dogo Raphaël, qui pour rappel a été libéré le 7 décembre, s’est rendu à la MACA pour rencontrer un certain nombre de prisonniers politiques et leur dire qu’il est en train de négocier leur libération avec Hamed Bakayoko et qu’il aurait obtenu l’accord de principe du ministre. Mais, en retour, nous, détenus politiques, devrions dorénavant faire profil bas et nous inscrire dans la dynamique de la réconciliation nationale en allant demander pardon pour des fautes que personne n’a commises. Il a aussi indiqué que des cars seront mis à notre disposition à la sortie pour nous conduire tous à la Présidence de république pour une cérémonie au cours de laquelle nous remercierons Alassane Ouattara de nous avoir libérés et que cette cérémonie devrait se tenir le 4 janvier passé.

Le samedi 09 janvier 2016, le ministre Dogo Raphaël est venu, ici, à la MACA, pour tenir une seconde réunion avec son même staff. Il a dit au cours de cette réunion que l’opposition de certains détenus a son projet de demande préalable de pardon pour notre libération a donné lieu à la non-tenue de la cérémonie préalablement prévue pour le 4 janvier dernier. Il a aussi ajouté que rien ne l’arrêtera dans son initiative et que, pour réussir, il a besoin du soutien de tous.

C’est pourquoi, avant de s’en aller, il a laissé des consignes pour qu’une pétition soit signée par des détenus politiques, laquelle pétition lui confèrera la légitimité d’agir et de parler en notre nom.Pourtant une personne sortie de prison n’est plus habilitée à parler au nom des prisonniers.

C’est ainsi que, depuis hier, dimanche 10 janvier, une pétition de demande de pardon est en train d’être signée sous la houlette active de Samba David. Cette pétition permettra au Ministre Dogo Raphaël d’animer une conférence de presse demain, mardi 12 janvier 2015, à 9h, à la Caistab, au Plateau.

A cet effet, d’ailleurs, des SMS de mobilisation initié par Dogo Raphael sont émis en direction des amis et parent des détenus pour se rendre nombreux a la caistab en vue de demander pardon a Alassane Ouattara en vue de la libération des détenus politiques arbitrairement arrêtés depuis des années sans jugement

Abidjan 11 janvier 2015

Un détenu Politique à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA)

About Tjefin

One comment

  1. A première vue,l’attitude et la démarche de Dogbo Raphael ne sont pas à déplorer.Sauf que les motifs et les ingrédients qui les composent sont malsains et puérils.1)il n’y a pas de mal à négocier la sortie de prison des amis et frères.2)cependant,en se référant au phénomène Affi sorti de prison,on comprend que Dramane et ses rebelles n’ont pas d’imagination,encore moins de créativité!Passons aux faits:Affi sorti de prison avait changé de bord et de combat,trahissant ses camarades au point que,désormais,il y a “deux” de FPI.Mais le AffiPI n’est pas le FPI de SEM Gbagbo véritable artisan de la démocratie ivoirienne et modèle de la conscience africaine.En vérité,la prison des rebelles au pouvoir est un véritable mouroir,un vrai carcan de tortures,sévices et de conditionnement moral.Affi en sait beaucoup.Un élément de ce conditionnement,les bourreaux comme Hamed Bakayoko te conscientisent,te harcèlent (“on peut faire la politique autrement”=tech franc-maçonnique) te promettant la rémission si tu changes de comportements en sortant.Ils se font agneaux,te chargent d’une mission pour rabattre les autres à leur portée! Souvent avec des cadeaux ou bons traitements qu’ils jugent que tu ne mérites pas.3)La question de fond reste: Sir Dogbo Raphael,qu’as-tu fait pour rester 4 ans en prison?Dis-le!Ceux que tu tentes de délivrer selon un mandat reçu peux-tu dire leurs péchés?Se réunir est un droit légitime au plus haut point comme le droit d’aller et venir!Mais les rebelles non-éduqués vous plongent dans leur logique bestiale et vous devenez mouton à suivre le couloir de l’abattoir.Sous Hitler,les Allemands avaient le droit de réunion et même d’opinions;c’est à l’acte séditieux qu’il faut arrêter un causeur de trouble ou soupçonné!Lire Mein Kumpf.Sir Dogbo dit que rien ne l’arrêtera dans sa mission:il faut y donner un résultat positif,car c’est le principe de la cause de relaxation=la contre-partie.Affi va jusqu’au bout de ses sottises en bon Judas de Bouadikro,non?même trajet,même dragée! Ahahhahaha!Bonjour à tous!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.