Venance Konan nargue les travailleurs: «J’assume mes actes. On m’accuse d’avoir recruté ma nièce puis la cousine à mon épouse, et alors ?»

Venance Konan nargue les travailleurs: «J’assume mes actes. On m’accuse d’avoir recruté ma nièce puis la cousine à mon épouse, et alors ?»

Un peu plus d’une semaine après les accusations relatives à sa gestion portées contre lui par le collectif des travailleurs pour sauver fraternité matin (cosaf), le directeur général de presse gouvernemental, Venance Konan, a craqué, mardi après-midi, au cours d’une réunion avec le personnel, à son siège d’adjamé. «J’assume mes actes. On m’accuse d’avoir recruté ma nièce puis la cousine à mon épouse, et alors ?», a-t-il clamé, selon des sources bien introduites.

Le directeur général de fraternité matin faisait ainsi allusion, si l’on en croit nos informations, à des travailleurs récemment promus aux postes de directeur commercial, chef du service des avis et communiqués et secrétaire de rédaction. Outre les journalistes, des responsables débarqués auraient essuyé la colère du directeur général. «le moins qu’on puisse dire, c’est que venance Konan a tenté de justifier sagestion jugée «calamiteuse» sans véritablement convaincre nous autres. Ce qui explique les applaudissements timides arrachés à quelques-uns d’entre nous, à la fin de son intervention », peste une voix. Venance Konan aurait même traité «d’irresponsables» tous ceux qui ont osé porter au  grand jour, les problèmes qui secouent fraternité matin à travers des réseaux sociaux, et d’autres moyens d’expression, jusqu’à toucher le ministre de la communication. certains parmi les syndicalistes que venance Konan a rencontrés la semaine dernière, ont confié que leurs échanges ont été marqués par des menaces de licenciement de la part de leur patron «pour avoir été entendus par leur ministre.

Aujourd’hui, c’est au tour des syndiqués gagnés par la révolte de craindre pour leur avenir. Ainsi, pour nombre d’entre eux, il ne reste plus qu’à s’en remettre à la tutelle, précisément affoussiata Bamba-lamine, qui aurait décidé de prendre le dossier en main, à l’issue des rencontres d’information qu’elle a eues individuellement avec tous les responsables de l’entreprise. c’était dans la période du 1er au 5 avril dernier. Alors qu’un groupe de travailleurs réclament son départ, Venance Konan se prépare à procéder à un dégraissage de l’effectif de l’entreprise pour des «raisons économiques».

Ce qui est à l’origine des tentions au sein de fraternité matin. «Je n’ai jamais dit que je vais démissionner, et je ne sais pas pour quelles raisons je le ferais», confiait le directeur général, il ya quelque temps, à notre voie. comme pour dire à ses détracteurs qu’il reste à la barre malgré lafronde.

Source: Notre Voie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.