Verdict du procès des pro-Gbagbo : le RDR “satisfait”, le MIDH “surpris”

Verdict du procès des pro-Gbagbo : le RDR “satisfait”, le MIDH “surpris”

Le verdict du procès des pro-Gbagbo, notamment Simone Gbagbo condamnée, lundi, par la Cour d’Assises d’Abidjan, à 20 ans de prison, satisfait le Rassemblement des Républicains (RDR, parti au pouvoir) quand le Mouvement ivoirien des droits humains (MIDH) se dit ‘’surpris’’ par la lourdeur des peines.

Pour le ministre Joël N’guessan, Secrétaire général adjoint et porte-parole du RDR, au-delà des émotions, ‘’le verdict du procès en assises des personnes poursuivies pour des faits de trouble à l’ordre public, constitutions de bandes armées…, requiert la satisfaction du RDR”.

‘’Mais le plus important c’est que la justice vient de donner raison aux victimes. Allons donc de l’avant en n’oubliant pas ce qui s’est passé” a souligné M. N’guessan, félicitant la juridiction nationale pour ‘’cette décision qui apporte du baume aux cœurs des victimes et de leur famille”.

Le MIDH, pour sa part, est ‘’surpris” par la lourdeur des peines. ‘’N’ayant pas été au cœur de la procédure mais au regard des débats qui ont relevé la vacuité des preuves, la lourdeur des différentes peines nous surprend” a confié, dans un entretien avec APA, Me Yacouba Doumbia, Président du Conseil d’Administration du MIDH.

‘’ Au MIDH, nous l’avons dit et répété, nous attendons toujours le procès de tous ceux qui ont occasionné, de part et d’autre, la mort de 3000 personnes lors de la crise post-électorale”, a-t-il ajouté.

Dans la nuit de lundi à mardi, la Cour d’Assises d’Abidjan a condamné l’ex-première dame ivoirienne, Simone Gbagbo, à 20 ans de prison et 10 ans de privation de ses droits civiques pour complot contre l’autorité de l’Etat, participation à un mouvement insurrectionnel et troubles à l’ordre public.

Avec elle, le vice-amiral Vagba Faussignaux, l’ex-commandant de la Marine nationale et le chef de la Garde républicaine, le Général Brunot Dogbo Blé ont écopé, chacun, de la même peine.

Quant à Michel Gbagbo (fils de Laurent Gbagbo), Abou Darahamane Sangaré, numéro 2 du Front populaire ivoirien (FPI) ont pris cinq années de prison ferme contre 10 ans pour Géneviève Bro Grégbé, Présidente des femmes patriotes. Pascal Affi N’Guessan, président du FPI et l’ex-ministre Danièle Boni-Claverie ont été condamnés à des peines plus légères de 18 et 24 mois avec sursis.

HS/ls/APA

Source: APA

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.