Viol de 4 étudiantes par les forces de l’ordre: Ouattara Gnonzié exige la mise en place d’une commission d’enquête. La LIDHO va porter plainte

Viol de 4 étudiantes par les forces de l’ordre: Ouattara Gnonzié exige la mise en place d’une commission d’enquête. La LIDHO va porter plainte

Lors d’une sortie quelque peu hasardeuse le 20 avril 2016 dernier, le porte-parole du gouvernement Ouattara a récusé le viol des 4 étudiantes lors de la descente des frci nuitamment sur le campus universitaire de cocody.

En effet, Bruno Koné reconnaît que les manifestations des étudiants ont occasionné des blessés et des arrestations, dont le secrétaire général de la FESCI, Assi Assi Fulgence. Toutefois, il assure qu’après enquêtes, aucune étudiante n’a été victime d’abus sexuel ou de viol. «Il y’ a eu des blessés et des arrestations. Il n’y a pas eu de cas de viols signalés, nous avons mène les enquêtes et il n’y a aucun cas de viol», a annoncé de manière catégorique monsieur Bruno Koné.

Monsieur Koné assure qu’il s’agit d’une intox propagée sur les réseaux sociaux par des adversaires politiques soutenus par des activistes pro-Gbagbo dans un but purement politique.

Cette sortie n’a pas été du goût de Amnesty Internationale et de la LIDHO, deux organisations de défense des droits de l’homme qui confirment l’information de l’existence de cas de viol. La LIDHO avait, dans une déclaration faite le lundi 18 avril 2016, invité le gouvernement à ouvrir de façon diligente une enquête sur ces violations des droits humains afin de situer les responsabilités, de s’assurer que justice soit rendue et de veiller à l’obtention de réparations pour les victimes.

Monsieur Kouame Adjoumani Pierre, le président de la lidho est ferme sur sa position contenue dans la déclaration qu’il a faite le lundi 18 avril 2016, et selon laquelle quatre étudiantes ont bel et bien été violées: «je suis en contact avec les victimes….», informe-t-il. «Nous préparons une plainte à deposer quand l’ONUCI les aura sécurisées», menace-t-il.

En marge d’une visite du siège réhabilité et rénové du Rassemblement pour la paix, le progrès et le partage (RPP) hier jeudi 21 avil 2016, monsieur Ouattara Gnonzié a également dénoncé l’utilisation de la force publique (police et gendarmerie) pour répondre aux revendications des étudiants de l’Université Félix Houphouët-Boigny.

Le ministre Ouattara Gnonzié, le Président RPP, a également exigé la mise en place d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur les viols et les séquestrations d’étudiantes et d’étudiants signalés par les organisations de droits de l’homme lors des évènements survenus à l’Université Houphouët Boigny.

Rappelons que c’est le FPI du président Laurent Gbagbo qui, le premier, a révélé les cas de viols de 4 étudiantes à la suite de la descente punitive des forces de l’ordre sur le campus universitaire de Cocody dan la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 avril 2016. Cette information fut confirmée d’abord par la FESCI puis par la LIDHO. Sûre de l’existence de ces cas, l’ONG BESOIN D’AGIR avait par ailleurs décidé de porte plainte.

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*