Violences faites aux enseignants: Le chef de cabinet de Kandia Camara accusé

Violences faites aux enseignants: Le chef de cabinet de Kandia Camara accusé

Depuis le lundi 27 avril dernier, suite à la vague de protestation des grévistes dans la quasi-totalité des villes de l’intérieur en raison des ponctions faites sur leurs salaires, des enseignants sont victimes de violence de la part des militants du RDR et des dozos, dans plusieurs localités.

Face à cette barbarie, le mouvement des syndicats de l’enseignement général, technique et assimilés de Cote d’Ivoire a donné hier une conférence de presse dans la commune de Yopougon. A cette rencontre, Jean-Yves Abonga, porte-parole du collectif de syndicats grévistes n’est pas passé par quatre chemins pour Kouyaté Abdoulaye, chef de cabinet du ministre de l’Education nationale et de l’enseignement technique et par ailleurs président du rassemblement des enseignants républicains(RER).

Selon lui, ces agressions savamment planifiés avaient pour but de s’attaquer aux différents leaders syndicaux locaux pour tuer la lutte syndicale qui gagne toutes les villes de l’intérieur du pays. C’est pourquoi, il a tenu à donner l’identité des agresseurs. A Divo, il a révélé que les enseignants ont été agressés par un gang dirigé par M. Mamery Konaté, un instituteur à l’EPP plateau de Divo equi se réclame du RER.

A Abengourou, les agressions des enseignants porteraient la signature Traoré et Sidibé Moussa, qui tous deux membres de l’escadron du RER et qui sont en accord avec un groupe d’individus se réclamant eux aussi du parti au pouvoir. Selon Jean-Yves Abonga la vie du coordinateur local de la coordination des enseignants du secondaire de Côte d’Ivoire de Man est en danger. Il a confié a Sekongo Doférin de la coordination des enseignants est pourchassé par des individus se réclamant du RER et il serait actuellement introuvable.

A Katiola, les enseignats sont menacés de mort par les mêmes escadrons dirigés par Ouattara Aly, président du rassemblement de la jeunesse des républicains(RJR), de Konaté Mamadou, professeur au lycée de Katiola, et de Kalifa, instituteur (ex-bénévole) à Fronan. Le conférencier dit avoir enregistré plus de 15000 enseignants dont les salaires ont été ponctionnés. Les montants quant à eux varient de 100.000fcfa à 300.000fcfa pour trois jours de grève des 18, 19 et 20 mars dernier.

Source: Aujourd’hui

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE