Violente opération des encagoulés au domicile d’un espion

Les miliciens encagoulés ont encore fait parler d’eux. Ils se sont violemment illustrés à Abobo-Avocatier en prenant d’assaut le domicile d’un citoyen dans le but de procéder à son enlèvement.

En effet, le dimanche 28 juin 2020, en début d’après-midi, un équipage de quatre Encagoulés, circulant à bord d’un véhicule 4X4 de couleur noir aux vitres teintées a stationné et camouflé son véhicule dans une ruelle d’Abobo Avocatier – Marché de nuit.

Puis, ces Encagoulés se sont dirigés vers le domicile de M. Touré Khalifa Yaya, bien connu jusqu’ici pour être un militant du mouvement Générations et Peuples Solidaires dans ce quartier.

Les voyant venir et sentant le danger, ce dernier réalise qu’il ne peut s’enfuir. Il prend alors la décision de s’enfermer dans sa maison, dont il ferme les portes à double tour.

Malheureusement, les individus aux visages masqués, enfoncent les portes et le capturent sans effort dans sa chambre. Une fouille minutieuse de sa maison est alors engagée. Apparemment, ces individus cherchaient quelque chose.

Face à cette situation suspecte, la famille de M. Touré Khalifa alerte aussitôt le commissariat de police de leur quartier, celui du 32ème arrondissement. Le Commissaire de police, M. Amani, escorté par certains de ses agents armés, s’est rendu sur les lieux pour s’enquérir de la situation et vérifier l’identité de ces individus qui menaient une opération de police dans son arrondissement et à son insu. Interpellés et invités à décliner leur identité, l’un des Encagoulés ôte sa cagoule et présente une carte professionnelle, avec les trois rubans tricolores de notre drapeau national.

À la vérification, il s’agissait d’un badge portant le sceau de la Présidence de la République de Côte d’Ivoire. Les individus affirment être en mission pour enlever M. Touré Khalifa Yaya pour le compte du Préfet Vassiriki Traoré, patron des services de renseignement et quasi adjoint de Birahima Téné Ouattara dit Photocopie. Incrédule, le Commissaire Amani s’oppose à cet enlèvement en l’absence d’un document judiciaire ou d’un ordre écrit d’une autorité policière ou militaire.

Les Encagoulés refusent de l’écouter et veulent enlever leur proie de force. La tension monte et les deux camps sont prêts à en venir aux armes. Face à la rage dont font preuve ses interlocuteurs et face à la puissance de feu dont disposent ces derniers, l’officier de Police appelle en renfort un détachement du CCDO stationné dans le quartier, dont les éléments débarquent sur les lieux, armes aux poings. L’affrontement paraît inévitable entre les malfaiteurs engacoulés et les forces de l’ordre. Mais, au bout de quelques minutes de tension, les Encagoulés submergés acceptent d’aller s’expliquer au bureau du Commissaire Amani.

La vraie histoire de Touré Khalifa Yaya :

Face aux explications des uns et des autres, des révélations sont faites. Il semble que cette altercation qui a failli tourner à l’affrontement armé, soit un règlement de compte entre membres d’un même clan mafieux. M. Touré Khalifa Yaya serait en fait un espion de la Présidence de la République, qui a été introduit au sein de GPS afin de procéder à une infiltration de l’opposition. Militant actif et engagé, Touré Khalifa Yaya a su conquérir le cœur de la population du quartier, surtout la jeunesse. Il était très actif dans les « grins » et soutenait vigoureusement les idéaux et la vision de GPS et de l’opposition en général, pendant les débats politiques courants dans ces endroits. Il était très apprécié par les riverains et organisait bien souvent des prêches dans la mosquée du quartier.

Or, cet homme affable était un espion de Téné Birahima Ouattara. La vérité brute a émergé lorsque le Commissaire Amani a réuni tous les protagonistes au commissariat pour tirer cette affaire au clair. Il s’est avéré que tout ce charivari était lié à une affaire de prime et d’escroquerie. En réalité, ce sont différentes factions d’Encagoulés qui procèdent à des règlements de compte.

Quelle honte pour la République ! Des encagoulés, portant des badges de la Présidence de la République, qui opèrent en plein jour et à l’insu des forces de sécurité régulières. Dans un pays normal, une enquête aurait été diligentée et des mesures prises.

Hélas, en Côte d’Ivoire, ce sont les milices qui font la loi et les forces régulières rasent les murs. Je vous avais déjà prévenus que les Encagoulés étaient une réalité, mais certains l’ont niée. Dans une première enquête, Chris Yapi a « décagoulé » les Encagoulés du Ministre Hamed Bakayoko
(partie 1 : https://youtu.be/J-EHcpjZ5wk et partie 2 : https://youtu.be/e5W7XHoQPOk).
Mais, ceux qui ont opéré dimanche dernier appartiennent à Photocopie. À chacun sa milice.

Pendant les explications au commissariat du 32ème arrondissement, un coup de fil est venu de la Présidence intimant l’ordre au Commissaire Amani de libérer tous les Encagoulés et que la situation se régulariserait à la Présidence. Mais, tout ceci n’est pas passé par pertes et profits au niveau des habitants d’Abobo. L’Encagoulé qui a été obligé de retirer son masque afin de présenter sa carte au Commissaire Amani a été aussitôt reconnu par la foule. Il s’agit du nommé Touré Yaya, bien connu à Abobo. Il a été formellement identifié.

Aux dernières nouvelles, Chris Yapi apprend que le Commissaire Amani a été convoqué par le Préfet de Police pour avoir fait son travail. Ses jours seraient comptés pour avoir servi avec rigueur la République en « décagoulant » des malfaiteurs, fussent des protégés du petit frère du Président Ouattara. La Côte d’Ivoire n’appartient pas à la famille Ouattara ! L’ensemble du corps de la Police nationale est indigné et révolté par ces pratiques abusives. Les commissaires et autres se sentent humiliés à chaque fois qu’ils reçoivent des coups de fil de la Présidence ou de la Préfecture de Police pour bafouer leur commandement.

CHRIS YAPI NE MENT PAS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.