Visite du chef de l’Etat dans l’Iffou: Des populations refusent de recevoir Ouattara «Pour nous cette visite sera un cauchemar»

Visite du chef de l’Etat dans l’Iffou: Des populations refusent de recevoir Ouattara «Pour nous cette visite sera un cauchemar»

La visite annoncée du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, dans la région du Iffou, du 14 au 17 septembre 2014, divise les populations de cette région. Des voix s’élèvent pour dénoncer les inégalités dans les travaux de création et de réhabilitation des routes et d’extension du réseau électrique. Elles estiment que le département de Daoukro qui bénéficie déjà d’importantes infrastructures s’est taillé la part du lion dans les travaux entrepris actuellement pour recevoir M. Ouattara, le 14 septembre prochain.

Contrairement, soutiennent-elles, aux deux autres départements, Prikro et M’Bahiakro, qui sont des laissés-pour-compte. C’est dans une déclaration dont nous avons reçu copie que les populations du Wolébonou, dans le département de M’Bahiakro, ont exprimé leur colère. Elles se disent ignorées par le régime Ouattara et promettent de boycotter la visite du chef de l’Etat, le 14 septembre prochain.

« Le Wolebonou est la partie sud-est de la sous-préfecture de M’Bahiakro regroupant 33 sites habités avec pour gros villages Kongoti (plus de 3000 âmes), Panigokro (plus de 2000 âmes), Akpouebouet (plus de 1000 âmes). Elle est située dans la sous-préfecture de M’Bahiakro entre les sous-préfectures de Prikro et Ouellé pour une population estimée à plus de 10000 habitants. Aucun poteau électrique n’y est implanté. A moins d’un mois de la visite de Ouattara, des travaux d’extension d’électrification se font tous azimuts sous nos yeux dans les villages qui bénéficient déjà de l’électrification, sauf dans le Wolebonou. Pourquoi ne pas électrifier Kongoti qui est à seulement 13 km de la moyenne tension; de Panigokro qui est à 5 km à vol d’oiseau de la moyenne tension; Les populations du Wolebonou ne se sentiront pas concernés par cette visite. Pour nous cette visite sera un cauchemar », affirme Abanou Kouakou Mathieu, secrétaire général de la mutuelle des ressortissants Sono du sudest de M’Bahiakro (muresse).

Ces populations accusent l’inspecteur d’Etat, Nyamien N’goran, le président du comité d’organisation de cette visite, d’avoir très mal répartir les travaux, et d’avoir mal utiliser les fonds mis à sa disposition par le Programme présidentiel d’urgence (PPU) pour réhabiliter ou créer des infrastructures avant l’arrivée d’Alassane Dramane Ouattara. « Tout porte à croire que la magouille est à l’oeuvre. Les réalisations sont inégalement réparties. La région du Iffou, ce n’est pas seulement Daoukro. On veut faire plaisir à Bédié parce qu’on est parenté à lui, en sacrifiant les autres départements», fait remarquer le secrétaire général de la muresse.

Charles Bédé

Source : Notre voie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.