Vœux du nouvel 2017: Quand Ali Bongo se joue les “nationalistes”

Vœux du nouvel 2017: Quand Ali Bongo se joue les “nationalistes”

Après une année 2016 marquée par des soubresauts politiques et sociaux, Ali Bongo Ondimba est naturellement revenu sur les violences post-électorales qui ont éclaté dans le pays dès l’annonce de sa réélection le 31 Août 2016.

Revenant sur la crise postélectorale du 31 Août dernier, le président Gabonais a dénoncé l’usage excessif des discours de haine qui, selon lui ont laissé des blessures profondes dana la population.

«… l’année 2016 a également été difficile du fait d’une campagne électorale marquée par des discours de haine, et par une situation postélectorale qui a atteint des niveaux de tension inacceptables pour notre peuple. Les mots de haine, lâchés sans tabous et sans limites, ont laissé des blessures profondes au sein de nos familles et dans la société gabonaise ».

Dans le soucis de réconcilier les Gabonais le président Ali Bongo a mis un accent particulier sur l’accalmie politique avec le dialogue. Il a ainsi annoncé qu’il organisera un dialogue politique après la CAN 2017, pour réformer les institutions de son pays héritées de la Conférence nationale et des Accords de Paris et d’Arambo.

«….. j’ai instruit le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, de réunir très rapidement les conditions d’un dialogue politique, rendu indispensable par la volonté générale d’écrire un nouveau chapitre de notre histoire commune. Ce dialogue politique, qui s’ouvrira au lendemain de la Coupe d’Afrique des Nations 2017, devra aborder toutes les questions relatives à la vie institutionnelle de notre Pays….. Pour ce faire, je souhaite la participation de tous et la contribution de chacun, afin que cette rencontre soit l’occasion du raffermissement de nos institutions, de la consolidation de notre démocratie, de la paix et de l’unité nationale», a insisté le président Ali Bongo.

Ali Bongo Ondimba entend étendre cette réforme des institutions à l’amélioration des lois électorales gabonaises afin de sortir le pays du cycle de viloences postélectorales qui mine le Gbagno depuis 2009.

«Il nous faut (…) consolider notre Démocratie qui doit être plus en phase avec nos réalités … Cela passe notamment par l’amélioration de notre système électoral qui comporte, en effet, trop de risques de divisions et d’affrontements, et dont il nous faut absolument sortir», a lancé le président gabonais.

Abordant le chapitre de la pauvreté qui frappe une grande partie de la population gabonaise, Ali Bongo Ondimba a accusé des forces retrogardes d’œuvrer à empêcher le Gabon à atteindre son indépendance économique.

«Des forces rétrogrades, ici et ailleurs, veulent nous empêcher de parvenir à cette indépendance, car elles tirent profit des rentes de l’ancien système économique au détriment de notre pays et des Gabonais», a-t-il révélé sans donner plus de détails sur ces forces. Pour contrer ces forces dites retogardes, le président Gbaonais a, dans un discours aux relents nationalistes, recommandé à ses compatriotes de se réapproprier leur économie.

La crise économique, indique Ali Bongo Ondimba, «doit aussi nous donner l’occasion de mettre en valeur la terre gabonaise, sa culture, son art, son artisanat, sa gastronomie, sa musique, ses rites et ses danses, dont nous devons sans complexe être fiers. Autant d’éléments décidés par Dieu et la nature, façonnés avec passion par nos ancêtres et que nous avons le devoir d’exploiter et de valoriser».

Ci-dessous, l’intégralité du discours du président gabonais

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE