Voici le communiqué de la CPI qui montre que l’institution est affolée par le retrait de l’Afrique du Sud

Voici le communiqué de la CPI qui montre que l’institution est affolée par le retrait de l’Afrique du Sud

Le Président de l’Assemblée regrette le retrait de L’Afrique du Sud du Statut de Rome et réaffirme le combat de la Cour contre l’impunité

Le 21 octobre 2016, le Gouvernement de la République d’Afrique du Sud a déposé l’instrument de  retrait de son pays du Statut de Rome (« le Statut »), traité fondateur de la Cour pénale internationale (« CPI ») auprès du Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies. Cette décision intervient à la suite du processus de retrait récemment entamé par le Burundi.

À ce propos, le Président de l’Assemblée des États Parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, S.E. M. Sidiki Kaba, a déclaré : « Bien que l’option de se retirer d’un traité relève de la souveraineté de l’État, je regrette ces décisions et invite l’Afrique du Sud et le Burundi à reconsidérer leurs positions ». « Je les exhorte à conjuguer leurs efforts avec ceux des autres États dans la lutte contre l’impunité, qui occasionne souvent des violations massives des droits humains », a-t-il ajouté.

Le Président de l’Assemblée craint que ce troublant signal n’ouvre la voie à une cascade de retraits d’États africains du Statut de Rome, fragilisant ainsi la seule et unique juridiction pénale internationale permanente chargée de juger les crimes les plus graves qui heurtent la conscience universelle à savoir le génocide, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les crimes d’agression. Pour M. Kaba, la communauté internationale doit rester unie pour faire face à l’énorme défi de prévenir la perpétration de tels crimes, de poursuivre et de juger leurs présumés auteurs, quels qu’ils soient et où qu’ils soient, afin d’assurer la paix, la stabilité et la sécurité de nos États.

M. Sidiki Kaba rappelle que la Cour pénale internationale a besoin du soutien ferme de la communauté internationale et de la coopération des États pour assurer son efficacité et renforcer sa crédibilité. En concluant, il en appelle à tous les États parties à rester des membres actifs et aux autres États à ratifier le Statut de Rome afin d’assurer aux victimes de crimes de masse le droit à la justice universelle.

Source : Assemblée des États Parties

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*