Voici pourquoi la résidence de Soul To Soul a été perquisitionnée à Abidjan

Voici pourquoi la résidence de Soul To Soul a été perquisitionnée à Abidjan

Trois gendarmes de la Brigade de recherches ont perquisitioné la résidence de Koné Kamaraté Souleymane, alias Soul To Soul située aux Deux-Plateaux 7ème tranche, le lundi 3 juillet 2017. Objectif : recherche d’indices probants sur la traçabilité des armes découvertes à Bouaké, le 14 mai 2017, en pleine mutinerie des soldats du régime.

Pourquoi la résidence de Soul To Soul a été une cible

Sur la base d’informations très introduites obtenues par letempsinfos.com, la résidence de Soul à Abidjan a été  passée au peigne fin sur réquisition du Procureur Méité Souleymane. Car les enquêteurs sont à la recherche d’un certain nombre de pièces à conviction. Selon nos sources, les enquêteurs sont à la recherche de « bordereaux physiques de livraison d’armes de guerre ». Toujours selon nos sources, ces indices de piste d’enquêtes ont été révélés et notifiés par des fichiers contenus dans l’ordinateur découvert à la résidence de Soul To Soul  au cours de la perquisition de sa résidence de Bouaké le samedi 20 mai 2017. Soit une semaine après la découverte de la cache d’armes, le dimanche 14 mai 2017. À ce sujet, letempsinfos.com apprend que les fichiers en « formats pdf » découverts dans cet ordinateur révèlent « plusieurs bordereaux de livraisons qui classifient les armes selon leur date de livraison, leur calibre et types et leur origines ». Il s’agit des pistolets de poing automatiques, des mitrailleuses et fusils de précision à lunette, des grenades défensives et offensives,  des fusils lance-roquettes anti-char et de nombreuses autres munitions. Ce sont ces redoutables armes capables de mettre en déroute deux bataillons d’infanterie qui sont consignées sur des bordereaux recherchés par les enquêteurs.

A la question de savoir pourquoi la traque continue jusqu’à Abidjan, nos sources  sont formelles. Elles indiquent que  le choix de la résidence d’Abidjan du premier suspect, répond au fait que ces bordereaux physiques n’ayant pas été découverts à Bouaké, les enquêteurs ont décidé de concentrer leurs recherches à Abidjan. Dans le but de pister une fiche physique desdits bordereaux, pour en faire une pièce à conviction à charge, contre tous les éventuels suspects visés dans cette affaire de découverte de cache d’armes de guerre.

Les téléphones de Soul To Soul suspectés

Dans cette dynamique, nos informateurs ajoutent que c’est la quête effrénée de ces bordeaux de livraison qui a emmené les gendarmes à confisquer les deux téléphones portables de Soul To Soul, aux fins de déceler des pistes menant aux pièces à conviction tant recherchées. En passant au peigne fin le registre des appels du suspect et les éventuels fichiers. Que pourraient contenir les desdits terminaux téléphoniques portables de Soul To Soul qui sera auditionné une 5ème fois le jeudi 6 juillet 2017 ?

Pour rappel, une 4ème  audience a eu lieu le mercredi 14 juin 2017 à la Brigade de recherches du Plateau. Après celles des 26, 29, 30 et 31 mai 2017 à la Brigade de recherches. Cette affaire défraie la chronique et le pouvoir  ivoirien affiche de la détermination à découvrir la vérité. Par la voix du ministre porte-parole du gouvernement  Koné  Bruno qui a parlé, gouvernement Ouattara veut « traiter cette affaire avec la plus grande rigueur ». Comme l’on a pu lire la déclaration du gouvernement ivoirien à travers  le communiqué de conseil  des ministres du mercredi 31 mai 2017.  Mais ce traitement très mal vu  par Soro  Guillaume l’actuel président du parlement ivoirien. Par ailleurs ancien Secrétaire général du Mpci-Fn rébellion du nord, Guillaume Soro se sent indirectement visé à travers son Directeur du protocole,  premier suspect par qui le scandale est arrivé. Dans l’affaire de cache d’armes de guerre découvertes à sa résidence de Bouaké et les différentes perquisitions qui ont lieu et celles en perspective pour nécessité d’enquêtes.

Par Marcel Dezogno

Source: letempsinfos.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*