Wodié débarqué du Conseil Constitutionnel, Ouattara prépare le passage en force et possiblement la guerre (Par Maitre Namory Dosso)

Wodié débarqué du Conseil Constitutionnel, Ouattara prépare le passage en force et possiblement la guerre (Par Maitre Namory Dosso)

Le Président du Conseil Constitutionnel ivoirien, l’éminent Professeur de Droit Francis Romain Vangah Wodié, vient d’être débarqué. Non, il n’a pas démissionné. Il a été bel et bien limogé et Ouattara doit vraiment nous prendre pour des idiots en parlant de démission. Le Conseil Constitutionnel est l’organe suprême qui confirme les résultats des élections présidentielles en Côte d’Ivoire. Plus simplement, c’est le Conseil Constitutionnel qui aura le dernier mot et désignera le nouveau président du pays après les élections. Et nous aurons des élections en Octobre de cette année. Enfin si elles ont lieu, si Ouattara ne décide pas de confisquer tout simplement le pouvoir sans élections.

Nous ne sommes guère surpris. Nous nous y attendions car nous avions à l’avance reçu des échos de son débarquement imminent. Il a été remplacé à ce poste hautement stratégique de notre système des élections présidentielles par Koné Mamadou, juriste-bricoleur comme le chagrin du Droit Fatou Bensouda, un magistrat à la moralité légère et quasi-inexistante … un homme sans intégrité aucune. Il est militant inébranlable du RDR et serveur de thé du tyran sanguinaire, sacrificateur d’enfants Alassane Dramane Ouattara. Le Professeur Wodié a joué un rôle plutôt néfaste et regrettable aux élections présidentielles de 2010 et la crise dite postélectorale qui s’en est suivie avec son lot de morts et de dégâts. Apparemment il comptait se racheter aux élections de cette année. Mais Ouattara pour qui le Professeur Wodié avait dérapé en 2010 ne lui donnera pas la chance de faire amende honorable en 2015 et reprendre sa place d’antan dans l’histoire de la Côte d’Ivoire.

Ainsi le Professeur Wodié est remercié en monnaie de singe. Et « le rattrapé Koné Mamadou », ex-dirigeant des rebelles des Forces Nouvelles sous la direction du boucher-en-chef Soro Guillaume, arrive à bord et prend les commandes du Conseil Constitutionnel ivoirien pour porter sur sa tête les calebasses des matières fécales du Droit que Ouattara s’apprête à déféquer pendant que nous allons aux élections présidentielles cette année.  

En effet, il nous a été rapporté avec insistance et récurrence que le Professeur Wodié serait par principe opposé à toute modification de la constitution ivoirienne, en particulier en son article 35 qui, dans sa présente forme, ne permet pas à Alassane Dramane Ouattara, autrefois Voltaïque, c’est-à-dire citoyen de la Haute Volta actuel Burkina Faso, d’être candidat. Le langage de l’Article 35 est en effet fort, contraignant et sans ambiguïté. Un article constitutionnel si éminemment écrit ne pouvait provenir que d’une grosse et éminente tête du Droit.

Au moment de son assassinat, des langues s’étaient déliées pour accuser que le Professeur émérite de Droit, Maître Émile Boga Doudou, que j’ai eu l’immense honneur et privilège d’avoir comme enseignant à la fac de Droit à Abidjan avant de m’envoler pour les États-Unis pour y poursuivre mes études de Droit, avait été assassiné sur ordre direct et personnel d’Alassane Ouattara pour avoir fait introduire ce particulier article dans la constitution ivoirienne. Un article que Ouattara a toujours vu depuis le début comme le visant personnellement. Et pourtant ….. Alassane Dramane Ouattara et le RDR avaient appelé à voter « OUI » au referendum de 2000 adoptant cette constitution au temps du Général Guéï.

Mes amis, ce n’est pas de la sorcellerie ça ? Tu appelles à voter « OUI » pour une constitution qui ne t’arrange pas. Alors que le Général Guéï, sur ce point, et il faut le lui reconnaitre, avait ouvert le débat. Il voulait donner à la Côte d’Ivoire une constitution consensuelle, sans polémique, qui ne ferait plus de mécontents. Il voulait dépasser l’Ivoirité et rassembler les ivoiriens, tous les ivoiriens, autour d’une même constitution. Le Général Guéï n’est pas juriste, il n’a pas participé aux travaux de préparation ou élaboration de la nouvelle constitution. Il n’a même pas choisi les membres de la commission de juristes-experts qui devait rédiger cette constitution. Il a laissé le soin aux partis politiques. Tous les partis politiques ont été invités et ont participé, y compris le RDR avec la vieille sorcière mal-aimée Henriette Diabaté, patronne de la confrérie des sorciers du RDR. Les experts désignés du RDR ont participé aux travaux et délibérations de la commission qui a rédigé la constitution actuelle de la Côte d’Ivoire. Et chaque parti y défendait ses intérêts ; c’était de bonne guerre. Si Maître Émile Boga Doudou propose un article qui ne vous arrange pas, il faut vous opposer.

Sachant que Ouattara a vécu toute sa vie en tant que Voltaïque, si un expert du FPI propose à la commission des travaux constitutionnels un article qui exclut tous ceux qui se sont auparavant prévalus d’une autre nationalité, pourquoi les représentants du RDR n’ont pas fait opposition ? Un intellectuel intègre, qui ne se bat pas pour son ventre, ne peut pas soutenir les positions du RDR. Le RDR se comporte souvent comme des délinquants ordinaires de rue. Les experts du RDR n’ont pas protesté, mieux ils ont adopté la proposition du FPI dans la constitution. Après le Général Guéï a demandé aux partis politiques de faire des observations et proposer si nécessaire des amendements. Le RDR n’a toujours rien dit. Puis le Général Guéï a fait soumettre la nouvelle constitution à referendum avec toute latitude aux partis politiques d’appeler leurs militants et la population à voter « OUI ou NON » à la nouvelle constitution.

Le RDR a publiquement appelé à voter « OUI ». Alassane Ouattara lui-même a appelé à voter « OUI ». Tout ceci était en 2000, au temps du Général Guéï, avant même l’arrivée au pouvoir du FPI. On a tenu le referendum et le « OUI » l’a emporté. Sur la base de la nouvelle constitution que Ouattara et le RDR ont appelé à voter, sa candidature n’a pas été retenue pour les présidentielles de 2000. Deux ans après, en Septembre 2002, Ouattara est arrivé du Burkina Faso avec une rébellion d’une violence rare, estimant que le rejet de sa candidature aux élections de 2000 était une injustice. Ils ont tué des milliers d’ivoiriens innocents. Le Général Guéï lui-même, ancien chef d’État de la Côte d’Ivoire a été retrouvé mort dans les rues comme un chien.

Aujourd’hui nous écrivons et les gens nous accusent de haine. Mais nous n’avons aucune haine, chers amis. Moi je suis sorti très tôt du pays, je suis allé étudier à l’étranger. Et j’ai vu comment et pourquoi les choses marchent mieux en Occident. Là-bas, on ne suit pas les hommes ; on suit les idées, les raisonnements et les programmes de gouvernement. On suit les parcours des hommes et leur parti politique, leur cohérence, consistance, fiabilité, esprit étatique, etc, dans le temps et dans l’espace. Et c’est sur ces bases-là que je prends position. Je n’ai jamais été militant du FPI, je ne connais même pas Gbagbo Laurent. Le seul parti où j’ai milité c’est le PDCI-RDA et j’y retournerais quand Bédié sera débarqué. Alors mes positions sont celles de la raison et non la passion.

Quand tu participes aux travaux et tu appelles à voter « OUI » pour une constitution qui, clairement te met hors-jeu, et après tu cries injustice et tu prends les armes pour faire la guerre … écoutez, soyons sérieux, je ne vais JAMAIS cautionner une ABSURDITÉ pareille. Des déclarations aussi incendiaires, choquantes qu’irresponsables comme : « Je vais rendre ce pays ingouvernable … Nous allons frapper ce régime au bon moment et il va tomber comme un fruit mûr, etc ». Alors on va aller souffrir jeunes pour nous instruire dans le froid à l’étranger pendant que nos camarades étaient heureux et dansaient Zouglou à Abidjan en compagnie chaude de leurs petites copines. Et on va revenir au pays pour soutenir des IDIOTIES pareilles ? C’est ce que vous voulez ? C’est ce que vous nous demandez ? Qu’on soutienne chaque CINGLÉ mégalomane incohérent avec des folies de grandeur qui prend des positions contraires à ses propres intérêts politiques et après au moment de payer le prix il veut tuer tout le monde. Vous voulez vraiment qu’on soutienne ça ?

Le RDR a été incohérent. Ils voulaient le beurre et l’argent du beurre. C’était impossible de cacher que Ouattara a déjà vécu en tant que Voltaïque. Et utiliser la force pour vouloir masquer cette réalité inchangeable et incontestable fut une erreur politique gravissime car toutes les guerres et batailles militaires de la terre ne cacheront jamais le soleil. Pendant que vous vous battez pour cacher le soleil, il va continuer, Imperturbé et imperturbable, à se lever et à se coucher chaque jour. À la fin, vous en aurez marre et vous finirez par arrêter de vous battre pour un soleil impossible à cacher. Sans même l’admettre publiquement, le RDR devait se battre pour faire retirer de la constitution de 2000, pendant les travaux, les clauses et articles polémiques. La bataille devait avoir lieu à ce niveau. Prendre les armes n’était pas nécessaire. Et c’était irresponsable ‼ 

Ouattara a été président dans le sang, mais lui et le RDR sont à la case départ. Ils sont à nouveau et toujours confrontés à une constitution qui ne permet pas à Ouattara d’être candidat présidentiel. Débarquer Wodié pour le remplacer avec un boy de Ouattara y changera quoi ? Ou bien Koné Mamadou va tripatouiller la constitution et les ivoiriens vont le regarder sans réagir ? Alassane Dramane Ouattara est un homme ooouuuufffff … il est comme une malédiction dont on n’arrive pas à se débarrasser.

Il prépare encore la chienlit et possiblement la guerre. Il a tenté en vain d’imposer la candidature unique, la sienne. Il a tenté en vain de menacer et intimider les candidats présidentiels déclarés contre lui. Il met les opposants en prison. Il utilise les décisions de sa justice pour diriger par pantin interposé l’unique parti d’opposition. A la place d’une armée nationale régulière, nous avons les FRCI, les combattants de sa rébellion qu’il a imposés comme armée nationale. A la tête de la Commission Électorale dite « indépendante », nous avons le même homme Youssouf Bakayoko qui est à la base de la pagaille électorale de 2010 et la guerre qui s’en est suivie … un autre inconditionnel de Ouattara qui attrape le papier hygiénique quand Ouattara utilise les toilettes. Enfin, à la tête du Conseil Constitution Ouattara vient d’enlever Wodié qu’il ne trouve plus trop fiable pour positionner Koné Mamadou qui tire la chasse pour lui quand il finit d’utiliser les toilettes.

Chers amis, ainsi que vous pouvez le constater avec nous, avec profonds regrets, désillusion caractérisée, et acrimonie inexprimable, le régime d’Alassane Dramane Ouattara ne prépare pas les élections en Côte d’Ivoire. Il prépare la fraude, le trucage, le tripotage, le grenouillage, la combine, le bordel social, la pagaille et peut-être la guerre. Nous vous prenons tous à témoin ici. Communautés nationale et internationale.

Maitre Namory F. Dosso

Email : Maitre.Dosso.MD@gmail.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.