Yamoussoukro: Arrêté avec son gang, un policier braqueur relâché | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Yamoussoukro: Arrêté avec son gang, un policier braqueur relâché
Yamoussoukro: Arrêté avec son gang, un policier braqueur relâché

Yamoussoukro: Arrêté avec son gang, un policier braqueur relâché

Arrêté dans la nuit du lundi 20 octobre dernier, en compagnie des membres de son gang, le policier-braqueur, sergent Traoré Alias « Rougeot » a été libéré après quelques heures de détention seulement. La population et ses collègues qui le voient gambader dans la ville restent perplexes et s’interrogent sur cette situation.

Rappelons que c’est sur dénonciation de ses acolytes, et après avoir été formellement identifié par ses victimes qu’il a été arrêté. Tout est parti de l’attaque d’un camion dans la nuit du 19 au 20 octobre sur la voie allant à Bouaflé. Le mastodonte, en provenance de Bonon et en partance pour Abidjan, avec 34 tonnes de cacao à son bord, arrive à la hauteur du carrefour de la Gestoci (10km de Yamoussoukro). Tout semblait bien y aller, quand soudainement, des braqueurs embusqués tirent à bout portant sur le chauffeur, le contraignant ainsi à immobiliser son engin. Ayant grièvement atteint leur cible, les bandits sortent de la pénombre et maîtrisent le chauffeur et son apprenti. L’un d’entre eux saute au volant du véhicule qu’il conduit jusqu’à Yamoussoukro où, le contenu est déchargé dans des magasins appartenant à la coopérative Binkadi.

Le forfait accompli, les braqueurs abandonnent le camion dans une rue, non loin du commissariat du 2ème arrondissement, sis au quartier Dioulakro. Alertés quelques heures plus tard, les fins limiers du commissariat du 2ème arrondissement se lancent aux trousses des malfrats. Dans la nuit du lundi 20, les auteurs de l’attaque sont neutralisés. Pendant leur interrogatoire, les malfrats passent aux aveux et dénoncent leur complice « Rougeot » qui, au moment de l’interrogatoire, a eu le malheur d’appeler l’un des bandits sur son téléphone portable, pour lui réclamer le reste de la somme du cacao vendu. C’est-à-dire le reliquat de sa part.

Selon les affirmations des bandits, la cargaison braquée, d’une valeur de 34 millions F CFA, a été liquidée à 20 millions F CFA aux receleurs.

Ouattara Abdul-Mohamed

Source: Notre Voie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.