Yopougon-Niangon: Il n’y a plus de route | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Yopougon-Niangon: Il n'y a plus de route
Yopougon-Niangon: Il n’y a plus de route

Yopougon-Niangon: Il n’y a plus de route

Depuis quelques mois, l’accès à Niangon, l’un des quartiers de la commune Yopougon, s’avère pénible. La cause principale: les rues et voies de circulations sont dans un état de dégradation très pitoyable. 

Résidents et usagers lambda accèdent généralement à cette zone par deux voies. L’une est un itinéraire qui part de la Cathédrale Saint André à Sicogi, l’autre y entre par Gesco.
Des nids de poule qui rivalisent de grosseur
Par la première entrée, les nids de poule sur les voies sont légions. Acturoutes a compté au moins  cinq points critiques. Sur le tronçon, deux ne pas inaperçus. Au niveau du quartier Sogephia, il faut juste dépasser le terminus du bus 47 pour se rendre compte du calvaire que subissent et populations et automobilistes: des secousses dus aux trous béants qui se trouvent à un stationnement de minicars ou taxis communaux dénommé «Magasins». Traoré Mamadou, agent de l’Etat dit être convaincu que «le tronçon a été purement et simplement oublié».
Plus loin à quelques 100 mètres c’est-à-dire au carrefour «Texaco» de Niangon, le désarroi est encore plus grand. Le bitume est quasi inexistant sur une section longue d’environ 20 mètres dont les crevasses s’approfondissent à chaque pluie. La circulation relève d’un véritable parcours du combattant en raison de la gravité de la dégradation. La prudence doit y être de mise.
«Au moment des pluies diluviennes de ces derniers temps, le passage n’était vraiment pas possible. Il fallait se frayer un passage en utilisant une voie de détour de peur de s’enfoncer dans la marre d’eau qui s’y est formée», lance un conducteur sous le sceau de l’anonymat.
Avec la trêve que marquent les pluies, certains automobilistes prennent le risque d’y passer. Mais cette fois à tour de rôle. 
Les automobilistes prisonniers des embouteillages
La chaussée au second itinéraire partant de Gesco pour accéder à Niangon se trouve moins dégradée mais garde aussi son lot de nids de poule à trois endroits. Par contre, aux heures de pointe, le trafic y est parfois paralysé par d’interminables bouchons. Les cas d’embouteillages sont plus importants au carrefour proche de la société Manutention. Des témoins évoquent le mauvais stationnement des minicars «Gbaka» en bordure de la voie pour justifier cette situation incommodante.
Outre Niangon, des cas de dégradation de chaussées sont constatés dans d’autres zones de la commune de Yopougon, la plus grande du District d’Abidjan.
Qu’elles se hasardent sur la voie du marché au nouveau quartier ou au terminus du bus 40, les populations souhaitent que le traitement des points critiques ayant démarré sur certaines voies de la ville d’Abidjan dont le boulevard De Gaulle puisse s’étendre à tout l’espace communal de Yopougon.
Le rétablissement des voies urbaines et interurbaines endommagées par les pluies que le gouvernement a annoncé au Conseil des ministres du 9 juillet, suscite déjà un réel espoir.
Edouard Koudou

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.